/ Grenoble une ville olympique

Grenoble une ville olympique

Grenoble, une ville olympique

La modernité urbaine

Voir l'image en grandLes Jeux Olympiques de 1968 ont vu évoluer Grenoble, en tant que ville et en tant qu’aire urbaine. La période olympique coïncide avec la transformation urbanistique de la ville, déjà engagée avant les JO à travers le plan Bernard (1962), mais accélérée et rendue encore plus visible grâce à l’événement.

Les Jeux Olympiques permettent de grands investissements, avec des constructions toujours présentes (le Palais des sports par exemple)… Une ville nouvelle émerge, une ville innovante et moderne par son style, avec la création de quartiers entiers et de nouveaux bâtiments : le parc Paul Mistral, l’avenue Marcelin Berthelot, la Maison de la culture (aujourd’hui MC2) et le quartier Malherbe, le Village Olympique (le cœur des JO), le secteur d’Alpexpo (lieu de la cérémonie d’ouverture, proche du stade olympique)…

La Ville de Grenoble et ses partenaires envisagent de mettre en place des parcours et visites scénarisées sur l’urbanisme et les bâtiments, resitués dans le contexte de 1968, dans la ville comme aux alentours (sites olympiques). 

Grenoble et les sports d’hiver

Voir l'image en grandGrenoble, au cœur des Alpes françaises, est le camp de base de cette évolution. Des fleurons mondiaux de l’économie montagnarde, affirmant un savoir-faire français inégalé, comme Pomagalski  ou Rossignol, entres autres, font parties des nouvelles légendes montagnardes. C’est le début de la conquête des cimes, de la grande histoire des téléphériques et téléportés (« du rail aux câbles »), du ski de masse. L’évolution du matériel, avec en premier lieu les skis, les textiles, le transport… ont lieu à cette période. Par la suite, d’autres grandes marques s’installent sur le territoire à l’image de Petzl, à Crolles.

Terre d’accueil, terre de sports

Voir l'image en grandLe « Grand Grenoble », c’est la proximité des montagnes (Grenoble est une ville où on fait du ski), ce sont de nouveaux modes de vie à la grenobloise (Grenoble est une ville attractive, sportive, qui offre une réelle qualité de vie), pour les sports d’hiver mais aussi bien plus largement pour l’attrait de la montagne et l’ambiance de « ville à la montagne » que l’on peut ressentir dans toute la périphérie.

Avec les JO, Grenoble a encore renforcé son statut de terre d’accueil : de nombreux travailleurs sont venus construire Grenoble (dans le cadre de l’anniversaire, une exposition sera présentée à la maison de l’international), ceux qui y vivaient à cette époque ont vu la ville se transformer.

Une culture de l’innovation

Voir l'image en grandLes Xe Jeux Olympiques d’hiver de Grenoble marquent l’avènement des manifestations sportives mondiales couvertes par les médias en direct. 1968 voit l’ouverture au monde par les médias, la télévision en couleurs, la 1ère retransmission TV chronométrée, le premier film de candidature (réalisé par Jacques Lesage, présentant notamment - grande nouveauté - le ski du jeudi avec les scolaires), les relations presse (un centre de presse est établi à Malherbe).

1968 marque également l’apparition de la première mascotte de l’histoire des jeux olympiques, le « Schuss », des premières médailles gravées, de l’installation d’une flamme olympique…

C’est aussi une période marquante en termes de rénovation graphique (Roger Excoffon révolutionne le graphisme de l’époque), d’art (1er symposium de sculpture).

Grenoble est une ville qui a inventé et innové lors des JO de 1968, et qui veut rester à la pointe.