menu contenu rechercher
jeu. 29 sept. 2016 | | Dégagé 10.3° / 23.8° | air Indice de pollution : 4/10 | accès MonGrenoble S'identifier Créer un compte

Le conseil municipal du 21 juillet 2014

Retour sur les temps forts du conseil municipal du 21 juillet 2014 au cours duquel 67 délibérations ont été soumises au vote.

Les vidéos

1ère partie : délibérations 1 à 10

2ème partie : délibérations 10 à 67

Répondre à l'urgence, préparer l'avenir et avancer sur la méthode

Eric Piolle, maire de Grenoble, a ouvert le Conseil municipal en déclarant : «L'ensemble des délibérations poursuit trois objectifs : répondre à l'urgence, préparer l'avenir et avancer sur la méthode. La meilleure façon d'accompagner l'effeverscence de notre ville et de libérer les énergies des Grenoblois, c'est de faire les choix et d'ouvrir les chantiers dès aujourd'hui. »

Répondre à l'urgence

1 - Palais des sports : passage en gestion directe à partir de 2015

Olivier Bertrand, conseiller municipal délégué à l'animation, aux événements et aux temps festifs, a présenté la délibération actant le retour en gestion directe par la Ville de Grenoble du Palais des Sports à compter du 1er janvier 2015. Il a rappelé la volonté de la nouvelle majorité d' « accueillir plus d'évènements, dynamiser cet équipement auquel les Grenoblois sont attachés ».

En effet, dans le cadre d'une réflexion globale sur l'utilisation et la gestion des grands équipements sur le territoire de Grenoble, il était indispensable de ne pas renouveler la convention d'occupation avec l'association qui gérait le Palais des Sports depuis 2007. Cette délibération fixe les tarifs de location permettant ainsi aux professionnels du spectacle, aux associations sportives et culturelles de planifier dès aujourd'hui leurs évènements. A l'automne, le mode de gestion définitif (régie, DSP, convention d'occupation, etc.) sera choisi.

2- Alpexpo : assainir la situation et préparer le passage en Métropole

Anne-Sophie Olmos, conseillère municipale déléguée au contrôle de gestion, a présenté cette délibération en réaffirmant l'attachement de la Ville de Grenoble à Alpexpo, qui détient 35 % de son capital social. Elle a souligné l'importance de cet équipement et sa forte contribution à la vitalité du territoire. Claus Habsfast, président d'Alpexpo et conseiller municipal, a déclaré : « Depuis des années la dette s'est accumulée. Beaucoup de temps a été perdu. Il faut réviser le modèle économique et juridique de l'établissement en lien avec les partenaires ».

En conséquence, en lien étroit avec la Métro, la Ville de Grenoble a autorisé le Maire à différer une partie de la dette contractée par l'équipement auprès de la Ville, ainsi qu'à exonérer Alpexpo de la redevance, du loyer et du remboursement de la taxe foncière, dus au titre de l'année 2014. Cette décision a été qualifiée de « bouffée d'air à action immédiate » par Claus Habsfast. En outre, confirmant le caractère métropolitain de cet équipement, la Ville de Grenoble a acté sa position de transfert à la Métropole à compter du 1er janvier 2015.

3 - Budget supplémentaire 2014 : la continuité du service public malgré les contraintes

Après l'examen du compte administratif 2013 en juin, la Ville de Grenoble a adopté le budget supplémentaire pour le reste de l'année 2014. Le décalage entre le budget primitif bâti en décembre 2013 et les besoins réels de la ville pour l'année 2014 se chiffre à plus de 14,4 millions d'euros !
Hakim Sabri, adjoint aux finances, déclare « le 70ème anniversaire de la Libération de Grenoble (180 000 €), le Tour de France (70 000 €), le Tram E (2,3 millions d'€), le personnel municipal (4,8 millions d'€), les travaux d'entretiens des berges de l'Isère etc. sont des exemples des coûts qui étaient connus dès novembre 2013 mais qui ne figurent nulle part dans le budget primitif de la ville. Nous avons fait le choix de ne pas programmer des dépenses inutiles, ou en contradiction avec nos engagements de campagne : nos arbitrages ont limité l'addition. Mais pour la qualité du service public et en refusant une austérité brutale, nous sommes contraints d'emprunter 12,4 millions d'€ ».

Eric Piolle, maire de Grenoble, a clos l'échange en présentant la philosophie budgétaire et financière de la nouvelle majorité : « J'espère qu'à terme, tout en conservant de la souplesse, nous pourrons nous passer de ce genre de budget supplémentaire, à mi-parcours, et que le budget présenté aux Grenoblois en fin d'année correspondra au plus près aux besoins identifiés. Rendez-vous à l'automne pour le débat d'orientation budgétaire 2015 ».

Préparer l'avenir

1- Une nouvelle école dans le quartier Jean Macé

2- Renouvellement urbain et social de la Villeneuve : un nouvel équipement jeunesse

3- Pavillon de la mobilité sur la ZAC Presqu’île pour faciliter l’usage des modes alternatifs à la voiture

Situé sur l'îlot Cambridge (Presqu'île), à côté du tram, le Pavillon de la mobilité permettra, avec la mise en place d'un Pass'Mobilité, de faciliter l'usage des modes alternatifs à l'automobile, de réguler le nombre de places de stationnement et de réduire progressivement l'usage individuel de la voiture de 50 % des déplacements à 20 % dans ce quartier en cours d'aménagement.

Jacques Wiart, adjoint à la logistique urbaine et aux déplacements, a précisé : « On dit souvent que Grenoble a un temps d'avance en matière de mobilité, de déplacements et d'accessibilité. La vocation de ce pavillon est de rassembler en un seul et même lieu tous les services qui traitent de la mobilité. C'est la raison pour laquelle il comportera à la fois des espaces commerciaux, des bureaux ou bien des espaces de convivialité. »

Trois équipes d'architectes ont concouru à ce projet et le jury a retenu celui du groupement Chavannes. Le conseil municipal a ainsi adopté l'attribution du marché de maîtrise d'oeuvre à ce cabinet.

Le futur pavillon de la mobilité sur le site Presqu'îleVoir l'image en grand

4- Pôle d’échange multimodal de la gare : végétalisation du parvis et suppression de la passerelle

La gare de Grenoble fait actuellement l'objet d'un projet de modernisation. « Tel qu'il était prévu le nouveau parvis était entièrement minéral, nous avons demandé à le végétaliser pour le confort des voyageurs et des riverains » explique Jacques Wiart, adjoint aux déplacements.

Trop raide, trop étroite et trop chère : la passerelle prévue au dessus des voies était inadaptée, c'est la raison pour laquelle la Ville a sollicité ses partenaires pour réétudier ce dossier. Eric Piolle affirme « ce pôle d'échange multimodal de la gare nous engage pour des dizaines d'années, c'est pourquoi nous entendons agir dès aujourd'hui pour améliorer son intégration dans le quartier, embellir cet espace et fluidifier au maximum les déplacements de tous les usagers ».

La délibération portait sur l'occupation des locaux de la Ville par Gares et Connexion pour les besoins des travaux et sur l'évolution de la tarification du parc en enclos de la gare, permettant de retrouver de la capacité de stationnement pour les riverains du secteur le soir et la nuit.

Avancer sur la méthode

1 – Pour des pratiques culturelles à l’image des Grenoblois : lancement de la concertation

La nouvelle majorité a pris l'engagement de donner de la transparence et de lisibilité à ses politiques publiques. C'est pourquoi, dès la rentrée 2014, une série de rendez-vous publics permettra aux usagers, aux artistes professionnels et amateurs de débattre entre eux et avec la collectivité des objectifs pour la vie culturelle de Grenoble. Corinne Bernard, adjointe aux cultures, a déclaré : « La discussion se déclinera autour de 3 axes : les publics, les artistes et les espaces de rencontre entre artistes et publics».

Cette délibération met également en place un comité de suivi pour les établissements publics culturels et des comités d'avis pour instruire les demandes de subvention. Ces comités seront composés d'élus, de personnalités qualifiées, d'usagers et des agents de la direction de la culture.