menu contenu rechercher
ven. 9 déc. 2016 | | Voilé -0.8° / 10.8° | air Indice de pollution : 7/10 | accès MonGrenoble S'identifier Créer un compte

/ / / / / Nous refusons de devenir les soustraitants des politiques récessionnistes du Gouvernement !

Nous refusons de devenir les soustraitants des politiques récessionnistes du Gouvernement !

Par Laurence Comparat et Claus Habfast. Tribune du Groupe Rassemblement citoyen, de la gauche et des écologistes. Décembre 2014

Nous refusons de devenir les soustraitants des politiques récessionnistes du Gouvernement !

Une coupe budgétaire de 28 milliards entre 2014 et 2017, tel est le projet dangereux du Gouvernement. Concrètement, pour Grenoble, cette mesure se traduirait par une baisse de 5,2 millions d'euros par an pour un total cumulé de 41 millions sur 4 ans.

41 millions qui ne seraient pas investis dans de nouvelles écoles pour les enfants de notre ville, dans la construction de nouveaux logements, dans des subventions aux associations culturelles et sportives, dans le soutien au quotidien des personnes souffrant du chômage et de la précarité… C'est inacceptable ! D'autant que pourrait s'y ajouter une nouvelle perte sèche de 1,3 millions par an de compensation de la taxe professionnelle et de 650 000 euros annuels correspondant au fonds d'amorçage des rythmes scolaires.
Bien sûr, l'argent public doit être géré rigoureusement en refusant notamment les projets démesurés qui ont lourdement endetté de nombreuses collectivités ces dernières années. Toutefois, la méthode choisie, celle de l'arbitraire, déjà dénoncée par plus de 10 000 collectivités et à l'unanimité du bureau de l'Association des Maires de France (AMF), est critiquable. C'est pourquoi, lors du conseil municipal du 27 octobre, les élus grenoblois ont déclaré à travers un voeu leur refus de se voir imposer un prélèvement insoutenable risquant de remettre en cause de façon irréversible le rôle vital des collectivités locales.
N'oublions pas que les investissements des collectivités locales représentent 70% des investissements publics du pays. Leur gel fera peser sur l'économie locale un réel risque d'étouffement. Nous appelons les Grenobloises et les Grenoblois à se mobiliser avec leur mairie pour un maintien des recettes des collectivités territoriales. Il en va de la survie d'un service public municipal de qualité.