menu contenu rechercher
mar. 27 sept. 2016 | | Dégagé 8° / 23° | air Indice de pollution : 3/10 | accès MonGrenoble S'identifier Créer un compte

Budget 2015 : la concertation aux oubliettes

Par Jérôme Safar. Tribune du Groupe Rassemblement de gauche et de Progrès. Février 2015

Budget 2015 : la concertation aux oubliettes

Voté chaque année en décembre, le budget de la Ville de Grenoble le sera pour la première fois en février. La nouvelle majorité avait besoin de temps, et elle l'a pris, oubliant ainsi les difficultés créées pour tous ceux qui ont besoin de visibilité financière dès le début de l'année : les associations grenobloises, les partenaires, mais aussi les services de la Ville.

Au final, plus de temps pour faire quoi ?
Pas pour permettre la co-construction avec les Grenoblois, puisque ce débat n'a pas eu lieu. Aucun débat n'a été organisé avec les habitants avant que ce budget ne soit construit par la majorité. Les décisions budgétaires présentées en Conseil municipal le 26 janvier ont été prises bien avant la première réunion avec les Grenoblois, le 19 janvier. La majorité s'était pourtant engagée dans son programme à « débattre chaque année du budget municipal avec les habitants en proposant plusieurs scénarios, dans chaque secteur et avant le vote du budget par le Conseil Municipal. »
Pas pour construire, débattre et adopter de nouvelles politiques publiques servant de base au budget 2015. Après 10 mois, toujours rien. Pourtant, la majorité a eu tout le temps de s'approprier les dossiers et de décliner son projet. Quelles sont aujourd'hui ses politiques environnementale, sociale et culturelle ? Quelles sont ses politiques économique, urbanistique et de tranquillité publique ? Nul ne le sait. La majorité, paralysée par ses divisions, le sait-elle elle-même ?

A l'évidence, le temps perdu n'a servi à qu'organiser des coups de «com». Sur la situation financière de la Ville : un audit est devenu une simple «rétrospective financière» ; les déclarations outrancières sont devenus de petits «pschitt» lors de sa présentation. Il reste un bilan dont nous sommes fiers et qui illustre l'action que nous avons menée pour les Grenoblois et la Ville de Grenoble depuis 10 ans. Quant au coup de « com » sur la baisse des dotations de l'Etat, il est fait en utilisant l'argent des contribuables grenoblois et avec les moyens de leur Mairie. Cela à des fins politiciennes et en piétinant les engagements pris au début du mandat.

A bientôt un an de mandat, les Grenobloises et les Grenoblois méritent un débat budgétaire public et sérieux, axé sur des propositions d'actions publiques garantissant justice et efficacité.