10 mai 2020 : Journée nationale des mémoires et de réflexion sur la traite, l'esclavage et leurs abolitions

Le 10 mai est la journée nationale des mémoires et de réflexion sur la traite, l'esclavage et leurs abolitions. La France est le premier et seul État à avoir déclaré la traite négrière et l'esclavage "crime contre l'humanité". Elle est également le seul État à avoir décrété une journée nationale de commémoration.

Cette journée est l'occasion d'une journée de réflexion civique sur le respect de la dignité humaine et la notion de crime contre l'humanité.
En raison du contexte sanitaire actuel, la Ville de Grenoble en lien avec l'association Casomi, commémore la journée du 10 mai à distance à travers deux documents vidéos.

Discours du maire Eric Piolle à l'occasion de la commémoration de l'abolition de l'esclavage

Entretien avec Frédéric Senneville, réalisateur de "Mon ancêtre l'esclave"

Une interview de TV5 Monde sur les recherches généalogiques actuelles permettant aux descendants des anciens esclaves de retrouver l’origine de leur nom. Jusqu’à l’abolition de l’esclavage, les esclaves des Antilles avaient pour tout état-civil un prénom et un matricule. Avec l’abolition du 27 avril 1848, les affranchis se voient enfin attribuer un nom…

Sont interviewés :

  • Frédéric Senneville, auteur du documentaire Mon ancêtre, l’esclave
  • Frédéric Régent, historien et président du Comité national pour la Mémoire et l’Histoire de l’esclavage. Il est l’auteur de La France et ses esclaves, de la colonisation aux abolitions, 1620-1848 et de Les maîtres de la Guadeloupe, propriétaires d’esclaves (1635-1848).

Documentaire de l’UNESCO "Les routes de l’esclave"

Ce film apporte une vision globale des différentes dimensions de la traite négrière et de l'esclavage et pose des questions importantes sur leurs conséquences dans les sociétés modernes et sur la façon de gérer cette mémoire collective.