Ateliers citoyens de redirection écologique

La Ville de Grenoble associe les habitant·es à la construction des politiques publiques de demain autour de deux exigences au cœur du projet municipal. La prise en compte des problématiques environnementales et l’exigence de justice sociale.

Contexte

Malgré le contexte actuel de crise sanitaire, la Ville de Grenoble a souhaité associer les habitant·es à la construction des politiques publiques de demain. Celles-ci se doivent d'articuler deux exigences au cœur du projet municipal. D'une part, celle de prendre en compte des problématiques environnementales, lesquelles imposent de repenser collectivement nos modes de vie, nos façons de travailler, de nous déplacer. D'autre part, l'exigence de justice sociale : toutes les politiques publiques, y compris celles concernant les questions environnementales, se doivent d'être construites et mises en œuvre avec une exigence de réduction des inégalités et d'accès aux biens communs.

Principes des Ateliers de territoire

La Ville est accompagnée dans cette démarche par une équipe du Laboratoire Origens, spécialisé dans les démarches de redirection écologique. Les enjeux écologiques impliquent des choix de politiques publiques qui, s'ils ne sont pas élaborés avec les citoyen-nes, prennent le risque de créer des injustices sociales. Le dispositif co-construit avec Origens consiste ainsi à intégrer la question écologique dans la participation citoyenne.

Entre mars et juin 2021, six groupes d'habitant.es représentant les six secteurs de la ville se réuniront pour quatre séances de travail, durant lesquelles ils et elles devront réfléchir aux priorités pour leur secteur pour les prochaines années. A l'issue de ces séances, les groupes présenteront leur feuille de route lors d'une restitution publique. Ces derniers seront composés d'une majorité d'habitant-es tiré-es, ainsi que d'une minorité de volontaires, issus des Conseils Citoyens indépendants ou d'une démarche d'inclusion visant les mineurs, les résident.es étranger.es et le champ de la précarité.

Le principe des « limites planétaires » guidera la démarche : au-dessus d'un seuil élevé d'équipements, de pratiques et de services, nous prenons le risque de dépasser les réserves naturelles de la Terre. Au-dessous d'un certain seuil, le manque de certains équipements ou services entraîne des inégalités sociales et économiques. L'enjeu des ateliers territoriaux consiste à la construction d'une feuille de route élaborée par les citoyen.nes articule ces exigences de limites écologiques et de justice sociale. Il s'agit non pas de construire une vision moralisatrice ou dogmatique de l'écologie, mais de partir des attachements des citoyens, de leurs usages, de ce qui leur est essentiel, pour construire des réponses adaptées.

Qui compose les groupes et sur quels critères a été établi le tirage au sort ?

Les groupes des six secteurs ont été chacun composés d'une majorité d'habitant.es tiré.es au sort, entre 20 et 25 habitant.es ont été tiré.es au sort sur chaque secteur. Différents critères ont été établis : parité femmes-hommes ; représentation des différentes classes d'âges (18-29 ans, 30-49 ans et 50 ans et plus) en fonction de leur représentation à Grenoble, soit 5 personnes pour la première classe d'âge, et 4 personnes pour les deux suivantes ; représentation des Catégories Socio-Professionnelles, avec notamment la présence obligatoire d'une personne étudiante, d'une personne sans activité, et d'une personne du groupe professionnel Ouvrier. En plus des personnes tirées au sort, et ce dans une démarche d'inclusion, quatre personnes par groupe peuvent être présentes : un-e représentant-e du conseil citoyen du secteur, une représentant les résident-es étranger-es, une personne issue du champ de la précarité et un.e mineur.e.

Quel est le but de cette démarche ? Quelle sera l'utilité des feuilles de route ?

Les participant-es sont donc invité-es à identifier, choisir puis à prioriser des enjeux pour leurs secteurs. L'objectif est à la fois de préserver ou accroitre les usages nécessaires au maintien de l'égalité sociale, tout en envisageant de renoncer ou modifier certaines pratiques ou équipements.

Les feuilles de route seront rendues publiques sur le site de la Ville. Elles contribueront à l'écriture des projets de territoires. Le travail de ces ateliers seront rendus publics et débattus par les élu-es qui arbitreront sur les préconisations et celles qu'ils souhaitent mettre en œuvre. Il s'agit donc de réaliser un diagnostic citoyen. Les élu-es s'engagent formellement à rendre compte des décisions prises sur la base de ces travaux

Les futures instances citoyennes consultatives seront également garantes auprès des élu-es de ce travail et pourront également développer des axes de manière autonome. Une démarche d'évaluation citoyenne sera mise en œuvre dès que ce diagnostic sera réalisé. Chaque année les élu-es rendront compte de ce qui a été engagé à l'issu de cette démarche.

Calendrier

  • Séance 1 : plénière le 20 mars
  • Séance 2 : par secteur, les 8 et 9 avril
  • Séance 3 : par secteur, les 17 et 18 mai
  • Séance 4 : par secteur, les 7 et 8 juin