La restauration de la Tour

Un chantier pilote pour la restauration des bétons en France

La Tour Perret a 96 ans : c’est peu pour un monument historique, mais c’est beaucoup pour un édifice en béton armé. Sa restauration est un défi technique et patrimonial de par ses contraintes de sauvetage et de conservation. La restauration des bétons armés est une discipline jeune. Les techniques utilisées depuis 30 ans évoluent sans cesse et l’expérience ne permet pas d’en privilégier une plus qu’une autre.

Un chantier “test” pour définir le protocole de restauration de la tour.

En 2020 et 2021, un chantier « test » a permis de tester en laboratoire et sur site les solutions de restauration avant de les déployer sur la totalité de la tour. Il s’agissait de trouver la bonne recette du béton, de tester plusieurs types de mise en œuvre (béton coulé, béton projeté) afin de répondre aux besoins d’adhérence, à l’aspect esthétique recherché et aux contraintes d’un chantier de grande hauteur. Des solutions pour limiter la corrosion des armatures ont également été testées sur deux piliers, ainsi que des tests d’occultation des claustras sujets aux infiltrations d’eau.

Les enseignements de ce chantier sont capitaux pour envisager le chantier de rénovation sereinement. La restauration de la Tour Perret enrichira les réflexions internationales sur la restauration des bétons, enjeu majeur pour les bâtiments du 20e siècle. Ce chantier d'importance est suivi par un comité d'experts.

Sylvain Frappat

Le chantier test

En savoir +

Des mesures de confortement d’urgence au sommet de la Tour.

Le saviez-vous ?

En décembre 2020, des mouvements inédits ont été enregistrés au sommet de la Tour Perret entraînant la mise en place d'un périmètre de sécurité. Des altérations inquiétantes du béton ont été constatées en février 2021 à  68 mètres de hauteur. Ainsi, la Ville a décidé de prendre des mesures de confortement d'urgence pour stabiliser le sommet de l'édifice dans l'attente du démarrage du chantier principal en 2022. Ces travaux ont été réalisés en mars 2021 par l’entreprise COMTE.

Auriane Poillet

Confortement d'urgence

Un chantier qui intègre la préservation de la biodiversité.

La ville souhaite minimiser les impacts du chantier de restauration sur la biodiversité. Des campagnes de suivi ont été réalisées par la LPO Auvergne Rhône Alpes en 2019 et renouvelées en 2020.

  • 24 espèces d’oiseaux ont été recensées dans la tour et à proximité immédiate. Parmi elles figurent 3 espèces emblématiques : l’hirondelle de rochers, le faucon pèlerin et le martinet noir.
  • 9 espèces de chauve-souris ont aussi été identifiées dont une espèce menacée d’extinction : la noctule commune.

Des dispositifs ont été mis en place pendant le chantier test pour maintenir les populations de chauves-souris. La Ville travaillera avec la LPO pour préserver la biodiversité lors du chantier principal.

Thierry Chenu - Ville de Grenoble