Tour Perret

Figure emblématique de Grenoble et de l’histoire du béton armé, la tour Perret s’élève au cœur du parc Paul Mistral. Aujourd’hui, la ville lance sa restauration afin de rendre son sommet et sa vue accessibles à tous. En 2023, une fois ouverte au public, elle sera aussi le lieu d’événements et d’animations variés.

Un chantier pilote pour la tour

La Tour Perret a 95 ans : c’est peu pour un monument historique, mais c’est beaucoup pour un édifice en béton armé. Sa restauration est un défi technique et patrimonial de par ses contraintes de sauvetage et de conservation. La restauration des bétons armés est une discipline jeune. Les techniques utilisées depuis 30 ans évoluent sans cesse et l’expérience ne permet pas d’en privilégier une plus qu’une autre.

En 2020, un chantier « test » permettra de mettre en œuvre en laboratoire et sur site, les solutions de restauration avant de les déployer sur la totalité de la tour.

Il s’agira de trouver la « bonne recette » du béton, de tester plusieurs  types de mises en œuvre afin de répondre aux besoins d’adhérence, à l’aspect esthétique recherché et aux contraintes d’un chantier de grande hauteur. Des solutions pour limiter la corrosion des armatures seront également testées sur deux piliers, ainsi que des tests d’occultation des claustras sujets aux infiltrations d’eau.

Le chantier enrichira les réflexions internationales sur la restauration des bétons, enjeu majeur pour les bâtiments du 20e siècle.

En savoir plus sur le chantier test de la Tour Perret 

La dégradation du béton armé un phénomène naturel

Comprendre les dégradations de la tour Perret

Un chantier « TEST » pour le choix des techniques - panneau 1

Un chantier « TEST » pour le choix des techniques - panneau 2

Conférence "Ordre et désordres du béton" - 6 février 2020 - François Botton

Comment rouvrir la tour à la visite ?

L’enjeu de la restauration est de rendre à nouveau la tour accessible au public, tout en imaginant ses différents usages possibles. Malgré des travaux d’entretien entrepris en 1952, l’accès au sommet de la tour a été interdit au public en 1960, les normes de sécurité n’étant plus assurées..

Ouvrir de nouveau la tour au public nécessite donc de définir  un dispositif sécurisé de visite ainsi que les modalités d’accueil du public. Des questions relatives au potentiel de fréquentation de la tour, à l’offre culturelle et touristique à proposer aux futurs visiteurs mais également aux modalités de gestion de l’équipement  sans oublier l’intégration paysagère de la tour au sein du parc sont posées. Les études en cours permettront d’y répondre.  

La plus haute tour du monde

Première tour en béton armé de grande hauteur du monde, la tour Perret domine la Ville de Grenoble du haut de ses 90 mètres. Construite en 1925 par les frères Auguste et Gustave Perret, elle est le seul vestige conservé de l’Exposition internationale de la Houille blanche et du Tourisme qui se déroula à Grenoble en 1925 et qui amena plus d’un million de visiteurs.

Depuis sa plateforme à 60 mètres de haut, où était installée une table d’orientation, elle offrait une vue panoramique sur l’ensemble des massifs montagneux qui entourent Grenoble.

Télécharger la plaquette "La Tour Perret et l'exposition internationale de 1925"

Un véritable manifeste pour l’architecture en béton armé

Elle est caractéristique de l’architecture d’Auguste Perret avec sa structure en béton armé apparent, sans artifice. Conçue selon un plan octogonal de 8 m de diamètre, la tour s’élève à 90 m de haut.  Son ossature est constituée de 8 poteaux verticaux assemblés par des anneaux espacés de 22 mètres. Entre ces poteaux, une ossature secondaire reçoit un système de claustras, préfabriquées en atelier et montées au fur et à mesure comme des éléments de menuiserie.

Abritée par un auvent, les portes fenêtres de l’entrée donnent accès directement à un vestibule où se trouvent deux ascenseurs en partie centrale et un escalier hélicoïdal menant à la grande table d’orientation à 60 mètres de hauteur. Le dernier niveau, ouvert, plus étroit, laisse apparaître un escalier à vis menant au sommet.

Téléchargez les croquis des plans d'exécution de la Tour

Une tour au coeur du parc Paul Mistral

La tour reflète la double composante sociale et environnementale du parc. Elle est un repère familier, point de rendez-vous de manifestations et d’animations variées pour l’ensemble des grenoblois. Elle abrite étalement une riche biodiversité.  Plusieurs espèces d’oiseaux et de chauves-souris y nichent : 24 espèces d’oiseaux ont été recensées dans la tour et à proximité immédiate. Parmi elles figurent 3 espèces emblématiques : l’hirondelle de rochers, le faucon pèlerin et le martinet noir.

La ville souhaite minimiser les impacts du chantier de restauration sur la biodiversité. Des campagnes de suivi ont été réalisées par la LPO Auvergne Rhône Alpes en 2019 puis 2020 et des dispositifs seront mis en place pour maintenir les populations.

En savoir plus sur la biodiversité présente dans la tour

Thierry Chenu - Ville de Grenoble

La mobilisation suscitée par la tour

Le projet de restauration de la tour suscite une forte attente de la part du public et des professionnels. Depuis 2017, des groupes d’experts réfléchissent à la restauration des bétons, mais aussi à l’accueil des futurs visiteurs. Le chantier de réouverture est aussi l’occasion de stimuler des projets pédagogiques portés par des étudiants (IUT, IEP, architectes …). Un  programme pédagogique a été développé en 2019 par la ville en partenariat avec l’Education Nationale et le CAUE à destination des établissements grenoblois (primaires, collèges et lycées). Un cycle de conférences a été également initié en 2019 et se poursuit en 2020 afin de partager les éléments au grand public. Des artistes contactent régulièrement la ville pour présenter les œuvres qu’elles leur inspirent (maquettes de la tour de divers matériaux, photos, chorégraphie…).

Un projet qui mobilise des cofinancements conséquents

Les études conduites en 2019 et le chantier « test » de 2020 sont cofinancés à hauteur de 67% par l’Etat, le Département et la Région Auvergne Rhône Alpes.

Les travaux de restauration sont estimés à ce jour à 6,5 millions d’euros HT. Les besoins financiers pour réaliser le dispositif d’accueil du public ne sont pas encore estimés car ils dépendent de la solution qui sera retenue.

Dans tous les cas, la ville fera appel au mécénat et organisera une souscription populaire en lien avec la Fondation du Patrimoine pour financer le projet.

Contact

Direction de l'Urbanisme et de l'Aménagement
04 76 76 36 36