Zone à faibles émissions

La zone à faibles émissions s'inscrit dans un objectif d'amélioration de la qualité de l'air, enjeu de santé publique : la qualité de l'air s'améliore à Grenoble depuis une dizaine d'années, mais la situation reste problématique, surtout en centre-ville et en bordure des grands axes de circulation, d'où la nécessité d'agir sur ce périmètre, en limitant la circulation des véhicules les plus polluants.

La Zone à Faibles Emissions (ZFE) de la Métropole grenobloise

La ZCR devient ZFE et s'agrandit !

La pollution atmosphérique serait responsable d'1 décès prématuré tous les 3 jours dans le bassin grenoblois. Environ 4 300 métropolitains sont exposés à un dépassement des seuils fixés par l'Europe pour le dioxyde d'azote (NO2) : les habitants des zones de proximité routière, souvent les ménages en situation de précarité, sont particulièrement exposés à ce polluant qui est majoritairement lié au trafic routier.

A partir du 2 mai 2019, la ZCR deviendra Zone à Faibles Emissions (ZFE) et concernera 10 communes : Bresson, Echirolles, Eybens, Grenoble, Le Pont-de-Claix, La Tronche, Poisat, Saint-Egrève, Saint-Martin d'Hères, Saint-Martin-le-Vinoux et la partie de Gières située sur le Domaine Universitaire. Elle sera permanente (24h/24 et 7j/7).

A partir de février 2020, la ZFE s’élargira à 18 communes supplémentaires : Champ-sur-Drac, Champagnier, Claix, Corenc, Fontaine, Gières, Jarrie, Meylan, Montchaboud, Noyarey, Quaix-en-Chartreuse, Saint-Georges-de-Commiers, Sassenage, Seyssinet-Pariset, Seyssins, Varces-Allières-et-Risset, Venon, Veurey-Voroize.

Au total, en 2020, 28 communes du centre de la métropole grenobloise seront ainsi concernées par la ZFE.

La ZFE est pilotée par la Métropole, en lien avec les communes concernées.

Quels sont les véhicules concernés ?

Les véhicules de transport de marchandises sont les premiers concernés pas cette réglementation car ils ont une responsabilité notable dans l'émission de polluants. Ils représentent 1/3 des émissions de particules fines dans le secteur des transports et la moitié des émissions de NOx (oxydes d'azote). Ces émissions sont particulièrement nocives pour la santé (maladies cardio-vasculaires et respiratoires).

Associée aux effets de l'évolution technologique des véhicules, la mise en place de la ZFE VUL et PL aura une efficacité importante sur les émissions d'oxydes d'azote (NOx) : plus aucun des 4 300 habitants exposés au dépassement des seuils en 2017 ne le seront en 2026.

De plus, la ZFE va influencer la mutation énergétique du parc roulant avec une mutation vers le GNV, l'électrique et l'hydrogène, entraînant des effets positifs sur la pollution sonore, la consommation et la production d'énergies renouvelables et potentiellement locales, la création d'infrastructures de recharge, la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Certains types de véhicules ne sont pas concernés par cette réglementation : consultez la Foire Aux Questions

Comment la repérer ?

Des panneaux de signalisation seront installés aux entrées et sorties de zone. 
Voir la carte du périmètre de la ZFE

Dans ce périmètre, les véhicules utilitaires légers (VUL) et les poids lourds (PL) avec la vignette CQA5 n'auront plus le droit de circuler. Il s'agit essentiellement de véhicules de livraison de marchandises, mais les particuliers propriétaires de VUL sont également concernés : si leur véhicule (camionnette, fourgon) est CQA5, ils n'auront pas le droit de circuler dans la zone et devront se stationner à l'extérieur du périmètre.

Les voies rapides urbaines (A480, A48, RN481, RN87) ne font pas partie du périmètre et ne sont pas concernées par l'interdiction.