Les actions menées par la Ville de Grenoble

Face à l’urgence climatique et les profondes menaces sur la biodiversité, nous devons continuer de tracer la voie d’une ville qui accélère les transitions sociales, environnementales et animales. Les mots d’ordre : bien-être animal, réduction de leur souffrance et intégration dans la ville.

À Grenoble et dans la Métropole, des actions concrètes sont déjà à l'oeuvre en lien avec les associations protectrices des animaux. Il faut aller plus loin, en aidant et soutenant ces associations, par le biais d'un engagement de société. Grace à ces associations, les citoyens prennent conscience des souffrances que la société inflige aux animaux, et cette prise de conscience doit permettre, maintenant, d'agir par le biais de la politique.

"On peut juger la grandeur et la valeur morale d’une nation à la façon dont elle traite ses animaux." Gandhi

Intégration des animaux domestiques en ville

La compagnie des animaux est pour les humains une source de bien-être qui fait largement consensus.
Il convient que ce lien homme-animal soit respectueux à la fois du bien-être des animaux et des conditions de vie en société.

3 actions principales sont menées par la Ville de Grenoble : -

  • Aménager en ville de nouvelles zones de liberté pour les chiens, leur permettant d’exprimer leurs comportements sans laisse. L’objectif est de mettre en place d’une nouvelle zone d’ébat par secteur d’ici la fin du mandat.
  • Poursuivre le travail de responsabilisation et formation des maitres, notamment concernant les déjections canines et les comportements agressifs. Les équipes de police municipales et de la propreté urbaine, ainsi que l’éducatrice de la Ville, poursuivront les campagne de sensibilisation, formation, verbalisation. Une campagne de communication est prévue pour sensibiliser les maitres de chiens notamment sur le bons sens citoyen du ramassage des excréments de leurs animaux, vis-à-vis des autres utilisateurs de l’espace public, personnes en fauteuil roulants ou malvoyantes notamment.
  • Enfin, la Ville soutient le projet de création d’un cimetière animalier ainsi qu’un crématorium pour animaux. Les études préalables concernant le projet ont démarré et seront poursuivies en lien avec la Métropole.

Protection des animaux sauvages et de la faune urbaine

En second lieu, la ville de Grenoble entend mettre en œuvre une protection plus efficace de la biodiversité et des animaux sauvages et faire évoluer le regard que nous portons sur la faune urbaine et les animaux liminaires, c’est-à-dire les animaux qui vivent à proximité de l'Homme dans une certaine interdépendance avec lui.

Afin de contribuer à une meilleure cohabitation entre les humains et les animaux liminaires, une campagne de sensibilisation grand public a débuté mi-mai 2021. L’enjeu est de réhabiliter ces animaux, qui méritent autant d’attention et de respect que les animaux domestiques ou sauvages, et d’informer le grand public sur leurs comportements.
Il s’agit en particulier de rappeler à tous que les rats et les pigeons sont attirés par l’abondance des déchets laissés à leur disposition dans l’espace urbain. C’est la cause qu’il faut traiter, et non la conséquence.

Dans le prolongement de ces actions de sensibilisation, la Ville souhaite engager des étude des populations et mettre en place toutes les mesures de prévention qui permettront de gérer les populations de surmulots sans recours à la dératisation. La Ville assumera un rôle de coordination avec les autres acteurs, et de chef de file pour porter l’évolution des pratiques.

La Ville de Grenoble souhaite également s’impliquer dans les réflexions métropolitaines concernant la chasse. Nous défendrons auprès de la métropole et du préfet une demande d’interdiction de chasse les mercredis et dimanches, avec, les jours de chasse autorisés, une interdiction de tirs à moins de 300m des habitations.

Par ailleurs, afin de garantir le bien-être animal des chats errants, et de permettre aux associations d’identifier les chats non stérilisés et de déposer de la nourriture, la construction d’un chatipi par année de mandat est prévue, conformément à notre délibération du 17 mai 2021.

Vers une alimentation végétale et éthique

En troisième lieu, la Ville de Grenoble continuera à promouvoir une alimentation davantage tournée vers le végétal. Les projets qui seront déployés d’ici à 2023 sont les suivants :

  • Consolidation et pérennisation d’un deuxième repas végétarien toutes les semaines dans les cantines scolaires (actuellement, 1 à 2 repas végétariens sont proposés chaque semaine).
  • Mise en place d’une alternative quotidienne végétarienne dans les cantines, pour permettre à toutes les familles d’accéder au sein des restaurants scolaires à une alimentation qui leur convienne.
  • Mise en place d’une journée végétarienne dans les restaurants municipaux, pour le personnel de la Ville, en plus de l’offre végétarienne quotidienne.

La Ville de Grenoble souhaite également défendre une commande publique éthique pour l’ensemble des marchés publics. Seront désormais inscrits dans les cahiers des cahiers des charges de la commande publique municipale un évitement des produits ayant fait l’objet de tests sur les animaux, et des critères prenant en compte les conditions d’élevage et de d’abattage : obligation d’insensibilisation des animaux préalablement à l’abattage, et évitement des viandes issues d’élevage intensif.

Information, sensibilisation, éducation, répression

Le quatrième axe de l'action de la Ville en faveur des animaux porte sur la sensibilisation à l’éthique animale auprès de la population, à la fois par le biais de campagnes d’information ciblée, mais aussi par une exemplarité dans ses actions et le rejet de l’exploitation animale.
A ce titre, la Ville de Grenoble n’accueillera plus dans ses équipements et sur son domaine public de spectacles présentant des animaux ni de fermes itinérantes.

L’éducation à l’éthique animale sera développée, notamment grâce à des interventions d’associations spécialisées qui pourront être proposées dans les écoles, auprès d’associations, ou dans les centres de loisirs.
Une page d’information dédiée sera mise en place sur le site internet de la Ville.

Ensuite, la Ville de Grenoble est également soucieuse de pouvoir apporter une réponse aux situations de maltraitance animale. Les animaux maltraités doivent pouvoir être mis en sécurité et les auteurs de ces violences condamnés. A cet effet la ville de Grenoble souhaite :

  • Consolider les procédures existantes au sein de la police municipale pour la prise en charge de ces situations.
  • Faire connaitre au grand public les moyens disponibles pour signaler des maltraitances animales.
  • Engager une réflexion en lien avec la fourrière métropolitaine, afin d’organiser des procédures de mise à l’abri et de répression coordonnées à l’échelle de l’agglomération.

Animaux et solidarité

Enfin, considérant à la fois le rôle primordial du contacts avec les animaux pour le bien-être physique et psychique des humains, et la nécessité que les animaux bénéficient de soins adaptés en toutes situations, y compris lorsque leurs maitres ne sont plus en situation de les assumer, nous souhaitons :

  • Aider les personnes en précarité possédant des animaux, via la mise en place de collectes de nourritures pour animaux et la prise en charge des soins vétérinaires.
  • Etudier les modalités de prises en charge des animaux des personnes empêchées de s’en occuper (accident, personnes devenues dépendantes, hospitalisées, etc.).
  • Etudier les modalités d’accueil des animaux dans les structures d’accueil des personnes en errance.

Par ailleurs, la Ville de Grenoble expérimentera à partir de fin juin 2021 une opération « Mon animal au bureau », permettant aux agents de l’hôtel de ville de venir avec leur chien au bureau. Une première réunion d’évaluation se tiendra fin septembre 2021. Plusieurs études sur des dispositifs similaires ont démontré les bienfaits de telles actions, à la fois sur le bien-être animal et sur le bien-être humain, la présence d’animaux produisant une baisse du niveau de tension entre les agents.

La thématique « Animal en ville et bien-être animal » concerne les services suivants :

  • Nature en ville (chatipis, parcs d’ébats)
  • Hygiène Sécurité Environnement (stérilisation des chats, soutien aux associations)
  • Service BEAP relations usagers (cimetière et crématorium animalier)
  • Direction Education Jeunesse (ateliers éthiques animales et service des repas végétariens)
  • Restauration municipale (alimentation plus végétale, accords de marchés éthiques)
  • Commande publique (mise à jour des clauses respectueuses des animaux et évitement de l’élevage intensif)
  • Police municipale et fourrière municipale (modalité maltraitance animale et mise à l’abris)
  • Propreté urbaine (éducatrice/comportementaliste, modalité maltraitance animale et formation des maitres)
  • Direction des Ressources Humaines (dispositif "Mon animal au bureau")
  • CCAS (dispositif "Mon animal au bureau", collecte nourritures pour les animaux et prise en charge de frais vétérinaires)
  • Direction de  l'Immobilier Municipal : demande de locaux  pour les associations
  • Occupations commerciales (eco-cirques)
  • Communication (campagnes de prévention et sensibilisation, communication numérique)